Le Château de Beaumont-Hague

Photo issue de la collection de la Ferme du Tourp

ACCEDER

La notice archéologique

Promenons-nous dans le bois…

L’HISTOIRE DU FIEF ET LES PROPRIÉTAIRES DE LA TERRE SEIGNEURIALE DE BEAUMONT-HAGUE :

Du XIIe siècle jusqu’en 1332 :

D’après Hulmel, le fief de Beaumont a appartenu jusqu’à la fin du XIIe siècle à la famille de Vauville. Ensuite le fief passe à la famille de Beaumont. Thomasse de Beaumont, fille de Guillaume et héritière de Jean, son frère, épousa en 1332 Raoul d’Argouges, chevalier

De  1332 à 1505  : Les D’Argouges.

Les propriétaires de la terre seigneuriale de Beaumont-Hague sont les descendants de Raoul d’Argouges et de Thomasse de Beaumont.

L’un d’eux sera seigneur de Gratot (célèbre par son château) et de Branville.

Le dernier descendant de cette famille, Guillaume d’Argouges (qui n’habite sans doute plus à Beaumont) vend vers 1505, à Jeanne de France une fille naturelle de Louis XI( et qui mourut en 1519) La même nnée, elle donna la seigneurie de Beaumont pour services rendus, à Jean Jallot, sieur du Breuil et de St-Rémy -des-landes, procureur du roi à Valognes (rech. de 1523) ; lieutenant des eaux et forêts de Valognes.

De 1505 à 1789 : Les Jallot

Jean Jallot, procureur du Roy, (comme tous les nobles possédant fief) prête aveu pour le fief du Breul  et Saint Réemy des Landes.  Il est le fils de Jean Jallot, seigneur des dits lieux et de Beaumont Hague. Son père, quoique roturier, avait acheté le fief du Breuil et c’est ainsi que sous Louis XI en 1470, il était devenu noble.  (cf. Durand de Saint Front, noblesse de l’élection de Valognes de 1523, publié dans la Revue de la Manche)

Le fief de Beaumont restera dans la  famille Jallot jusqu’ à la Révolution, époque où le système des fiefs est supprimé. Le dernier seigneur de Beaumont sera Marie Bonaventure Jallot, qui sera « acteur » dans la création du bourg.

*************************************************************

Tout fief  comporte au départ une maison forte, le plus souvent peu éloignée du moulin seigneurial pour pouvoir le défendre.

A l’origine, on a donc dû avoir  une « motte féodale » dans un terrain proche d’une rivière : ces mottes constituées d’une butte de terre sur laquelle on aménageait des édifices en bois  sont les premiers « châteaux normands ».

Ensuite on est passé au stade de la maison forte en pierre ; un manoir plus ou moins fortifié en fonction de son rôle et de sa situation stratégique. Il se peut que cet édifice se soit trouvé à l’emplacement du manoir de la Madeleine. Au XVIe,  époque où le manoir commence à perdre son rôle militaire, les Jallot en arrivant à Beaumont ont dû aménager ou reconstruire (si l’édifice était en mauvais état) la Madeleine pour en faire une demeure mi résidentielle mi défensive.

Enfin dans un troisième temps Jean Jallot construira vers 1597 une nouvelle demeure plus en rapport avec sa situation sociale et les nécessités de son temps : ce sera le château de Beaumont, tel qu’on le connaît aujourd’hui. (Il est fréquent dans l’histoire d’une seigneurie de constater le déplacement des maisons fortes du seigneur à l’intérieur du fief).